L’Alsace, au rythme des cigognes

L’Alsace ressemble à un jardin bien ordonné. Du Bas-Rhin (au nord) au Haut-Rhin (au sud), elle s’étage en terrasses régulières depuis la plaine du Rhin (à l’est) jusqu’aux sommets arrondis et boisés des Vosges (à l’ouest), en passant par le piémont où s’épanouit le vignoble ponctué de villages au cachet inimitable. Bienvenue sur des chemins pimpants et fleuris ! (Par Annette Soumillard et Marc Grenet)

Sur la route des cigognes

Pour découvrir l’Alsace sous ses multiples aspects, la Route touristique des Vins d’Alsace et la Route des Crêtes sont incontournables. Mais, au printemps, elle se visite également les yeux en l’air, en suivant les cigognes blanches, indissociables du paysage. Symbole de l’Alsace, la cigogne a pourtant bien failli disparaître de cette région qui est son berceau d’origine en France. Voilà des siècles, en effet, que cet échassier migrateur revenait chaque printemps sous les cieux alsaciens pour s’y accoupler et nidifier. Mais au début des années 1980, on ne recensait plus qu’une dizaine de couples. Un vaste programme de protection et de réintroduction fut alors entrepris, en même temps qu’une campagne de sensibilisation de la population alsacienne. Aujourd’hui, le pari semble gagné : 400 couples (dont 260 dans le Haut-Rhin) sont revenus peupler les toits des villes et des villages et l’oiseau emblématique est, plus que jamais, redevenu la “mascotte” des Alsaciens. Si vous visitez la région entre mars et début août, vous aurez toutes les chances de voir des cigognes juchées sur leurs longues pattes un peu partout sur les hauteurs. Le périple sur le thème de la cigogne s’effectue alors au gré des envies puisqu’il n’existe pas de circuit spécifique, même si, dans un avenir proche, un système de guidage par GPS pourrait être mis en place pour permettre aux touristes qui le souhaitent de ne pas passer à côté des sites d’observation. Pour l’heure, ils sont recensés par le réseau “Villages Cigogne Alsace” auquel plus d’une trentaine de communes a adhéré. Ces “Villages Cigogne” sont situés notamment dans le sud du Haut-Rhin et sur le circuit de la Route des Vins : Ungersheim, Rouffach, Wirh-au-Val, Eguisheim, Turckheim, Colmar, Munster, Ribeauvillé et Hunawhir.

L’Écomusée d’Alsace, un des plus beaux musées à ciel ouvert

Point de départ de notre itinéraire : Ungersheim au nord de Mulhouse où l’Écomusée d’Alsace héberge près de 25 couples de cigognes et au moins autant de nids, fixés sur les toits et cheminées de ses 70 maisons paysannes. Ces bâtisses, démontées dans leurs villages d’origine (où elles étaient menacées de destruction) ont été remontées sur ce site pour former l’un des plus beaux et des plus grands musées à ciel ouvert de France. En s’y promenant, on découvre les différentes architectures des régions d’Alsace, mais aussi les traditions et savoir-faire ancestraux à travers des animations et démonstrations quotidiennes des divers métiers et artisanats locaux (potier, maréchal-ferrant, boulanger, charretier, fermier, etc.) offrant un véritable condensé de l’Alsace d’autrefois. Au cours de la visite, c’est du haut de la tour fortifiée qui domine cet ensemble que l’on a le meilleur poste d’observation sur quelques nids de cigognes situés en contrebas. De là, sans les apeurer, on peut les voir toutes affairées à s’occuper de leurs rejetons. Chaque jour, à heure fixe, on peut aussi assister au nourrissage des cigognes, alors qu’un animateur aborde l’histoire de cet oiseau en Alsace et explique ses attitudes comportementales, pour qu’elle n’ait plus de secret pour le visiteur.

Les vignes font le paysage

Après cette visite enrichissante à bien des points de vue, vous aborderez les paysages du vignoble aux environs de Rouffach, jolie petite ville quelque peu délaissée par les touristes pressés de suivre les panneaux de la Route des Vins. Car le vin est une autre richesse régionale et la route thématique qui lui est consacrée attire autant les alsaciens que les touristes ! Sur les quelques 170 km de son parcours, réalisable du nord au sud et inversement, elle vagabonde de village en village et de plaines en monts, au milieu des paysages bucoliques des collines sous-vosgiennes, balcons ensoleillés dominant la vallée du Rhin où le vignoble semble toujours avoir été présent. Depuis des siècles, l’alsacien n’a cessé de s’occuper de  sa vigne, sélectionnant et améliorant au fil du temps les différents cépages pour obtenir les vins de qualité que nous connaissons aujourd’hui et qui sont encore la raison d’être exclusive de plus d’un millier de familles réparties sur les 15000 hectares du vignoble. Durant toute l’année, la vie quotidienne des villages de la Route des Vins tourne autour des soins et des préoccupations liées à l’exploitation de la vigne. Hormis en période de vendanges, il y règne une atmosphère plutôt calme (pour les moins touristiques d’entre eux) et propice à la découverte des nombreuses richesses historiques qu’ont su conserver ces villages pittoresques.

Villages pittoresques sur la route des Vins d'Alsace

Cernés par le vignoble et serrés dans leurs murs d’enceinte, ils nous offrent généreusement leurs beffrois, leurs églises, les vestiges de leurs châteaux guerriers, leurs enseignes colorées, leurs auberges gourmandes et, bien sûr, leurs maisons anciennes à colombages dont les ornements semblent parfois plier sous le poids de géraniums éternellement en fleurs ! Tous ces villages cossus sont l’orgueil de la Route des Vins et, s’ils peuvent paraître semblables de prime abord, tous ont leur particularisme, leur atmosphère et sont autant de témoignages de l’art de vivre en Alsace. Ne serait-ce que dans le Haut-Rhin, autour de Colmar à qui revient l’honneur d’être la capitale des vins d’Alsace, les occasions de haltes sont pléthoriques et ce n’est pas tant les kilomètres qui importent mais la quantité de sites à voir. Aussi, n’allez pas trop vite et prenez le temps de visiter ces villages à pied ou de parcourir leurs sentiers viticoles à vélo. Entre Eguisheim et Kintzheim, quelques étapes s’imposent. À commencer par Eguisheim dont les incontestables attraits lui valent d’être classé parmi les « plus beaux villages de France ». Construit au bas d’une colline, dominée par les ruines des trois châteaux forts de son voisin Husseren-les-Châteaux, ce village nous plonge au cœur de l’architecture médiévale. Car, comme Riquewihr et quelques autres n’ayant pas subi de destructions lors des dernières guerres, il a pu conserver ses remparts et de superbes bâtiments, pour certains antérieurs au XVe siècle. Vous en ferez aisément le tour en suivant ses ruelles qui bordent les remparts, construits en formes concentriques autour du château du Pape Léon IX (XIIIe siècle) et sur lesquels se greffent de très anciennes maisons à colombages, superbement fleuries et éclairées par d’étonnantes lumières qui viennent effleurer leurs façades.

Munster, une histoire de fromage

Vous rejoindrez ensuite Turckheim, autre village pittoresque où les cigognes sont nombreuses et poursuivrez jusqu’à Munster. Ici point de vignoble, ni de merveilles architecturales (la ville n’a malheureusement pas été épargnée par les bombardements de la guerre 14-18), mais un nom qui évoque immédiatement un délicieux fromage. Si vous y passez un samedi, jour de marché, vous pourrez en acheter de délicieux, directement auprès des producteurs. Ensuite, assis à la terrasse du café “La Cigogne”, en dégustant une bière ou un verre de vin, vous aurez le regard irrésistiblement attiré par la vingtaine de nids juchés sur les toits du palais abbatial qui jouxte les vestiges de l’ancienne abbaye Saint-Grégoire et pourrez assister au va-et-vient des cigognes qui, à tour de rôle, s’envolent puis reviennent au nid pour nourrir leurs jeunes de l’année.

Colmar, la Petite Venise

De retour vers Colmar, ne résistez pas aux charmes de cette ville à dimension humaine qui transmet généreusement son patrimoine d’une richesse exceptionnelle, modelé par son passé prestigieux. Dans les quartiers de la maison Pfister, de la maison des Têtes ou de l’Ancienne Douane, notamment, elle a réussi à préserver le cachet de ses ruelles bordées de somptueuses maisons moyenâgeuses où chaque colombage, chaque détail semble à sa place. La découverte se poursuit par une promenade romantique dans le quartier de la “Petite Venise”, en flânant le long des quais ou en glissant au rythme d’une barque plate sur les canaux aux eaux paisibles, où se mirent les façades colorées d’anciennes petites maisons bourgeoises, habitées autrefois par des maraîchers.

Kaysersberg, tradition de la verrerie d’Alsace

Ce romantisme, on le retrouve à Kaysersberg, considérée elle aussi, et à juste titre, comme une des plus jolies villes d’Alsace. Traversée par la Weiss qu’enjambe un pont fortifié en pierres de grès rose datant du XVIe siècle, elle doit notamment son cachet à ses maisons gothiques à double pignon dominées par les ruines du château impérial, cerné par son vignoble réputé qui s’enorgueillit de son Pinot Gris (anciennement Tokay). Au cours de votre visite, ne manquez pas la verrerie d’art située dans la rue principale. Avant d’entrer dans la boutique où l’on peut admirer et acheter de superbes articles, comme des lampes en pâtes de verre, arrêtez-vous quelques instants dans l’atelier qui la précède. Là, les artisans perpétuent la tradition de la verrerie en Alsace qui connut son âge d’or aux XVII et XVIIIe siècles.

Riquewihr, la perle du vignoble

Empruntant à nouveau la Route des Vins, vous rejoindrez immanquablement Riquewihr. Nichée dans un décor idyllique, au creux d’un vallon couvert de vignes, celle que l’on surnomme la “perle du vignoble” en raison de la qualité de ses vins réputés depuis la Renaissance, a su profiter, au fil des années, de ses atouts pour peaufiner son image touristique, faisant d’elle la bourgade la plus fréquentée du vignoble. Certes ses qualités sont indéniables, puisqu’elle se présente encore aujourd’hui sous l’aspect architectural qu’elle possédait déjà aux XVI et XVIIe siècles, avec son enceinte fortifiée, ses beffrois, ses ruelles pavées et ses superbes maisons à colombages s’ouvrant sur des cours intérieures aux balcons de bois sculptés. Mais son exploitation touristique un peu trop voyante et surfaite a de quoi en irriter plus d’un, notamment lorsqu’il s’agit d’y stationner (tous les parkings sont payants et il faut arriver tôt le matin pour trouver une bonne place, ou à l’heure du déjeuner…).

Des aigles et des cigognes

Vous pourrez ensuite consacrer le reste de votre journée à Hunawihr, tout proche, qui s’annonce par sa curieuse église se dressant au milieu des vignes, un peu à l’écart du village. Bâtie comme une forteresse, avec sa muraille hexagonale, ses bastions et son clocher faisant office de donjon, elle semble encore en garde face à un éventuel envahisseur. Seul exemple d’église fortifiée en Alsace, que se partagent équitablement protestants et catholiques, il faut aller la voir d’un peu plus près et découvrir dans le même temps le charmant village qu’elle protège, avant de se rendre au centre de réintroduction des cigognes en contrebas. Depuis sa création en 1976, ce parc privé de 5 hectares a largement contribué au sauvetage des cigognes puisque 2800 naissances ont eu lieu ici en 35 ans. Aujourd’hui, elles sont encore plus de 200 à venir s’y reproduire librement, au milieu d’autres espèces d’oiseaux, elles aussi en liberté mais attirées par la distribution quotidienne de nourriture, commentée par un guide du parc. Après cette visite d’environ 2 heures, agrémentée par un spectacle d’animaux pêcheurs (loutres, cormorans), vous serez “incollables” sur les cigognes ! Et si vous voyagez avec des enfants, ou tout simplement vous aimez les animaux, nous vous recommandons également la Volerie des Aigles à Kintzheim, distante d’une quinzaine de kilomètres, sur la route du Haut-Koenigsbourg, après Ribeauvillé et Bergheim qui sont également des étapes incontournables d’un voyage en Alsace. Ici, d’avril à novembre, dans l’enceinte des ruines du château de Kintzheim, on peut voir évoluer des aigles, vautours, condors et autres rapaces en semi-liberté. Un spectacle aérien où ces oiseaux rares et majestueux s’envolent d’arbres en tours pour survoler le village en contrebas, avant de revenir, en frôlant nos têtes, se poser sur le poing de leurs dresseurs.

Haut-Koenigsbourg, la star des châteaux d’Alsace

De là le château du Haut-Koenigsbourg n’est qu’à deux tours de roues. Voilà déjà quelques kilomètres que vous aperceviez l’imposante silhouette de ce géant de grès rose qui, depuis son éperon rocheux à 800 mètres d’altitude, surveille la plaine alentour depuis presque 10 siècles. C’est le plus grand et le plus célèbre des dizaines de châteaux médiévaux qui s’égrainent en chapelet du nord au sud sur les contreforts des Vosges. Pour la plupart en ruine depuis des siècles, le Haut-Koenigsbourg est le seul à avoir été restauré ou plutôt reconstruit par (comble de l’histoire) l’empereur allemand Guillaume II. Construit au XIIe siècle, agrandi, puis pillé et incendié 150 ans plus tard, il connaît deux siècles  d’abandon. En 1899, à l’état de ruines, il est offert par la ville de Sélestat à l’empereur Guillaume II qui décide de le restaurer, ou plutôt de le reconstruire dans l’esprit d’un château au XVe siècle. Rien en effet ne semble manquer à ce château guerrier qui, malgré quelques critiques portant sur sa reconstitution, reçoit 500 000 visiteurs par an, tous pressés de se rendre dans le grand bastion pour jouir de la vue exceptionnelle sur la plaine d’Alsace, le vignoble, les ballons des Vosges et par temps clair les Alpes. Autant dire qu’en haute saison comme durant les week-ends, il faut arriver tôt le matin pour saisir toute l’atmosphère de ce “burg” féodal qui marque notre dernière étape. Le voyage pourrait encore se poursuivre jusqu’à Strasbourg, mais les tons verdoyants et bleutés des cimes vosgiennes sont un véritable appel à rejoindre la route des Crêtes qui vous conduira vers d’autres hauteurs et d’autres superbes panoramas.

Acheter du vin en Alsace

Si l’on souhaite acheter quelques bonnes bouteilles, il faut reconnaître que devant la profusion d’enseignes vinicoles et de caveaux, il est bien difficile d’arrêter son choix. D’autant que le jeu se complique singulièrement lorsqu’on sait que l’Alsace est la seule région française où les vins sont d’abord désignés par leurs cépages et non par leur terroir ou localité d’origine. Au nombre de sept, ils donnent leurs noms aux vins : Riesling, Pinot blanc, Pinot gris, Pinot noir, Muscat d’Alsace, Sylvaner et Gewurztraminer. Chaque viticulteur choisit donc de produire tel ou tel cépage selon la qualité de ses sols, concluant à la meilleure alliance de l’un et de l’autre afin de garantir les Appellations Contrôlées d’Alsace. Ainsi, on peut trouver, par exemple, du Sylvaner, du Riesling et du Gewurztraminer dans la même propriété, quand ce n’est pas toute la gamme des “Alsace” et ce, à travers tout le vignoble. Il y a donc là une sorte d’égalité sur l’étiquette qui peut cacher de profondes différences selon les terroirs et c’est d’ailleurs pour valoriser les meilleurs crus qu’a été créée l’appellation “Alsace Grand Cru“ réservée aux terroirs produisant des vins les plus fameux. C’est donc sur les conseils d’amateurs avertis (des restaurateurs par exemple), puis sur vos papilles que vous vous baserez pour faire votre choix. Sachant aussi que les écarts de prix peuvent être conséquents entre les villages selon qu’ils sont touristiques ou pas.

 

Notre sélection de campings

Affichage :
43 camping(s) trouvé(s)
  •  Camping Campéole Le Giessen - Bassemberg
    + d'infos

    Bassemberg Camping 4 étoiles à Bassemberg en Alsace, à une quarantaine de kilomètres au nord de Colmar et aux portes du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges. Camping de charme en pleine nature au pied du Massif des Vosges. Services et équipements sur place : terr...

    Note de l'expert
     
  •  Seasonova Les Portes de l'Alsace - Saverne
    + d'infos

    Saverne Camping Les Portes de l'Alsace. Pour les amoureux de l'eau, découvrez notre piscine extérieure. Le Wifi est accessible en zone de services.

    Note de l'expert
     
  •  Camp Au Clair Ruisseau - Gerstheim
    + d'infos

    Gerstheim Ce camping est en pleine nature. Le sol est gazonné et les nombreux arbres fournissent un agréable ombrage.

    Note des consommateurs 97 avis
    8.35 /10
  •  Camping De l'ill - Colmar - Horbourg-Wihr
    + d'infos

    Horbourg-Wihr Ce camping 3 étoiles se trouve dans la commune alsacienne de Colmar, à 2 km du centre-ville et du célèbre quartier de la Petite Venise. Ouvert de mi-mars à début janvier, il est installé sur 5 hectares au bord de la rivière de l’Ill et propose à la location de...

    Note de l'expert
     
  •  Camping de Strasbourg - Strasbourg
    + d'infos

    Strasbourg Situé dans Strasbourg, ce camping ouvert toute l'année permet de profiter de la belle ville de Strasbourg et de ses alentours. Il est situé à 3 km du centre historique et du célèbre quartier de la Petite France. Vous trouverez des transports en commun et des p...

    Note des consommateurs 7 avis
    8.44 /10