La Provence Romaine, sur les pas de César

 

Il y a de cela bien longtemps, au 1er siècle avant J.C, les légions qui essaient de rejoindre l’Espagne depuis l’Italie, étendent leur influence dans tout le Sud-Est. Ils y découvrent une place tranquille et prospère qui sert leur stratégie, à tel point qu’une petite Rome s’y établit ! La Provence s’est enrichie de ce fabuleux patrimoine et, fidèle à son histoire, elle affiche encore aujourd’hui le témoignage des pas de César sur son territoire.

 

Texte : Sandrine Moirenc

Orange, porte Nord de la Provence Romaine

 

César et Rome ont légué un incroyable patrimoine à la Provence, de magnifiques et étonnants vestiges témoins de leur génie civil et militaire. Dont certains, fait extraordinaire, vivent encore ! Première étape : Orange. Une belle cité qui symbolise la porte Nord de la région. Une balade dans le centre donne tout de suite le ton : il concentre tout l’art de vivre provençal avec son marché hebdomadaire, ses rues commerçantes et ses ruelles intimistes, ses places et ses terrasses, sans oublier son incroyable campanile, chef-d’œuvre de ferronnerie. Mais Orange vit surtout autour de son patrimoine romain. Un fier arc de triomphe, l’un des mieux conservés, qui fut érigé en 20 avant J.C pour honorer les conquêtes de la seconde légion. Une bonne partie de cette légion a d’ailleurs pris une retraite dorée ici même. Il y a aussi et surtout un magnifique théâtre antique classé monument mondial. Vingt siècles d’Histoire ont scellé la destinée d’Orange. Le théâtre, véritable chef-d’œuvre, se dresse au pied de la colline Saint-Eutrope. Un lieu magique ! On déambule dans le cirque de gradins, une pure projection dans l’Antiquité. On imagine aisément les combats de gladiateurs qui s’y tenaient ou la foule de spectateurs en haleine attendant le verdict final du maître des jeux. On admire aussi son mur de scène incroyablement conservé. Orange, ville d’art et d’histoire, vit au rythme de ses Chorégies qui se déroulent chaque année dans ce lieu mythique à l’acoustique exceptionnelle.

Vaison-la-Romaine, un décor étonnant en plein centre-ville

 

Un peu plus à l’Est, Vaison-la-Romaine s’illumine dans son hétéroclisme temporel. La ville est coupée en deux par l’Ouvèze enjambé par un pont gallo-romain. D’un côté : la riche cité moyenâgeuse qui regorge de trésors architecturaux, de l’autre : la ville contemporaine et surtout la cité antique qui occupe pas moins de quinze hectares ! Ce prestigieux passé, remis à découvert, est le site archéologique le plus vaste de France. Un décor étonnant en plein centre-ville ! On visite tout d’abord le site de Puymin qui regroupe des vestiges de maisons, mais aussi les vestiges d’un secteur artisanal, d’un entrepôt et d’un château d’eau, témoins du génie civil des romains. À une extrémité, on découvre également un beau théâtre encore fonctionnel aujourd’hui. Enfin, n’oublions pas le musée archéologique qui expose les vestiges des fouilles. Le site de La Villasse, en face du musée, permet de découvrir l’organisation architecturale de ce riche quartier antique. Ce qu’il reste de la rue des échoppes et ses colonnes permettent d’imaginer aisément les habitants faisant leurs emplettes sous couvert pendant que les chariots circulaient sur la voie dallée. On descend un peu plus bas pour participer à un bain thermal imaginaire ou encore deviner l’ensemble des belles demeures qui attestent de la prospérité de la cité. Notamment la villa du Buste en Argent qui s’érigeait sur pas moins de 5000 m2.

Saint-Rémy de Provence, la douceur de vivre des Alpilles

 

En descendant vers le Sud, voici la montagne des Alpilles, petit paradis provençal au terroir et à la douceur de vivre sans égal. Le pays de l’olivier par excellence, pointillé de petits villages au charme et à l’intimité renommés, a également subi l’influence romaine. Au pied du versant Nord de la montagnette s’est lové le village de Saint-Rémy de Provence. Un petit bijou de tradition qui a vu naître le célèbre visionnaire Nostradamus et qui a tant inspiré son hôte : Van Gogh. L’endroit a quelque chose de vraiment magique, de paisible. Un peu plus haut, aux portes de la cité, se dressent deux imposants monuments : les Antiques. Le mausolée, monument funéraire, rend hommage à une famille qui a obtenu la citoyenneté romaine pour services rendus à César. À côté, on admire le magnifique arc de triomphe dont la frise sculptée célèbre la conquête des Gaules par l’empereur. Saint-Rémy de Provence avait déjà séduit les Romains qui s’y installèrent à la fin du 1er siècle avant J.C. À l’endroit même où les celtos-ligures puis les helléniques avaient fondé un sanctuaire, puis la cité de Glanum autour de la dite source magique, celle qui avait le pouvoir de soigner les blessures des légionnaires. Juste en face on peut visiter le site archéologique. Impressionnant ! Depuis le belvédère surplombant les vestiges, on peut avoir une vision globale de l’organisation de la cité (en s’aidant d’un plan). On se balade alors en imaginant la vie qui s’y déroulait à l’époque. Depuis la rue principale qui accueillait le marché, des villas et les thermes, on atteint le centre monumental s’articulant autour du forum, de la basilique et de la curie, pour finir sur le quartier de la source sacrée et les restes de l’époque gauloise puis hellénique.

 

Arles, Petite Rome des Gaules

 

La balade se poursuit jusqu’à la ville d’Arles devenue une colonie romaine sous César en 46 avant J.C. Elle subit ensuite les influences de l’empereur Auguste, puis celle de Constantin le Grand qui en fait l’une de ses capitales au IVe siècle après J.C. Une attention particulière pour cette merveilleuse cité installée dans les bras du Rhône à laquelle le surnom de "Petite Rome des Gaules" va si bien. Aujourd’hui encore la grandeur romaine bat son plein en son centre. La commune compte 112 sites classés au patrimoine national dont 7 au patrimoine mondial de l’humanité ! L’amphithéâtre, incroyablement conservé, en est un exemple vibrant. Et selon l’adage "tous les chemins mènent à Rome", on ne peut que tomber à un moment ou à un autre sur ces fameuses arènes monumentales : un cirque de pierre constitué de deux étages d’arcades. Livré à l’imagination, l’esprit projette en ces lieux quelques scènes de jeux antiques. Arles, la plus romaine des villes au monde après Rome, s’est également colorée d’une culture hispanique. Elle honore aujourd’hui ce fabuleux patrimoine par une pratique passionnée de la tauromachie. Mais l’art antique continue de s’inscrire dans ce paysage piéton articulé de placettes, rues et terrasses, jusqu’au théâtre romain. Ici le décor se plante à l’intérieur d’une seule travée restante pointant la majesté de sa tour : un monument dédié à Apollon. L’enceinte distille encore la magie des grands spectacles de l’époque puisque les lieux continuent de recevoir des événements culturels qui prennent place au pied des deux fameuses colonnes restantes symbolisant le mur de scène. Il reste encore, dans ce dédale de vestiges romains, à percer la beauté des thermes de Constantin près des quais du Rhône. L’un des plus grands ensembles thermaux percés à ce jour en France dit-on.

 

Carrières avec vue sur mer

 

La Rome de César nous emmène maintenant en bordure de mer. L’influence s’est également étendue à la Méditerranée, sur la Côte Bleue, où de nombreuses carrières de calcaire ont servi le dessein du génie civil antique. Ces fameuses carrières sont toujours visibles et en accès libre. Le site le plus remarquable se trouve près du phare de Cap Couronne, à l'entrée du golfe de Fos-sur-Mer.

 

Fréjus, le marché de Jules

 

En remontant le littoral vers l’est, voici FréjusCésar laissa une trace indélébile sur la voie Aurelia. La petite cité provençale s’épanouie sous les embruns de la Grande Bleue, fière de son terroir et de son port dont les origines remontent à l’Antiquité. César lui-même avait fondé en ces lieux le "marché de Jules", l’un des plus grands ports militaires de la Méditerranée. Point stratégique, il défia même Massilia avant d’abriter la retraite bien dorée des légions. Fréjus est alors l’un des phares de la conquête des Gaules. Dans la douceur paisible de sa marina, le charme de ses criques et la sérénité de son centre historique, Rome respire encore à travers le témoignage de pas moins de 29 sites répertoriés et classés monuments historiques. Parmi eux : la Lanterne d’Auguste, tour de pierre en forme de pyramide située sur le chemin du même nom, entre le port actuel et le centre-ville. À l’époque romaine, elle servait probablement de point de repère pour la navigation maritime. Rue Henri Vadon, se dresser devant la Porte des Gaules a aussi quelque chose d’irisant. Non loin de là, les arènes de Fréjus continuent de faire vibrer les spectateurs avec ses corridas et autres manifestations. À l’époque elles pouvaient accueillir jusqu’à 12000 personnes ! À quelques encablures du centre, vers le nord, le théâtre romain apparaît. On devine encore sa scène, son orchestra et la cavea qui accueillait les gradins. Il vit toujours au rythme de concerts et pièces de théâtre. Un peu plus haut sur l’avenue, en contemplant les restes d’un aqueduc à arches, nous n’avons plus aucun doute quant au triomphe du génie romain et de la prospérité de la commune à la fin du 1er siècle après J.C. L’aqueduc, qui courait sur une quarantaine de kilomètres, défiait les lois de la nature par d’ingénieux procédés pour acheminer l’eau de la Siagnole vers Fréjus. Aujourd’hui encore, une portion restaurée perpétue l’alimentation de la cité.

 

Le quartier Cimiez de Nice

 

Encore un peu plus à l’est et nous sommes à Nice. Il y a 2000 ans, César, vainqueur de la rivalité qui le lie à Pompée, romanise cette cité grecque. Il faut aller sur les hauteurs de la ville, dans le quartier bourgeois de Cimiez, pour découvrir la gloire de ce que l’empire romain a laissé. Depuis la colline, la vue s’étend sur Nice, la baie et le grand large. On trouve des arènes gardées par des sentinelles de pins, mais également le fameux quartier des thermes composé de trois ensembles dont encore quelques pans de murs imposants et quelques colonnes. La visite, loin d’être exhaustive, s’achève ici. Une belle invitation à célébrer la grandeur mais aussi le génie de cette civilisation romaine qui appréciait la tranquillité de la Provence et qui nous a légué un précieux héritage.

 

Les informations pratiques de Clubcampings en Provence Romaine

 

Pour plus de renseignements, pensez à vous adresser au Comité Régional de Tourisme Provence-Alpes-Côte d’Azur à la Maison de la Région : 61, La Canebière 13001 Marseille. Tél. 0491564700. tourismepaca.fr.

 

Vivre à l’heure romaine

 

-> Les Chorégies d’Orange : une expérience unique à vivre dans ces monumentales arènes romaines en assistant à l’une des représentations de ce festival d’art lyrique, d’opéra et de concerts symphoniques. www.choregies.fr.

 

-> Vaison-la-Romaine : le service du patrimoine de la ville organise des ateliers “découverte de l’artisanat romain” au musée Théo Desplan (site Puymin) pour les visiteurs. Au programme : réalisation d’une fresque murale, production de feu, fabrication du pain, poterie et ferronnerie, fabrication de lampes à huile… Service du patrimoine : tél. 0490365005. Musée archéologique: tél. 0490365048. Contact : patrimoine@vaison-la-romaine.com.

 

-> Saint-Rémy de Provence : manger romain ! A côté du site de Glanum, la Taberna Romana est tenue par une interprète en matière de gastronomie romaine. On y déguste des saveurs subtiles et exotiques, des recettes que la propriétaire a élaboré suite à ses recherches. Il faut absolument goûter à ses pâtes à tartiner, notamment l’aspicus (fenouil au miel) et le phoenix (dattes aux épices). Tél. 0490926597.

 

-> Arles : une expérience hispano-romaine à vivre avec le programme des corridas qui se déroule dans les arènes d’Arles entre Pâques et septembre. Arènes d’Arles : tél. 0891700370. www.arenes-arles.com. Office de tourisme : boulevard des Lices. Tél. 0490184120. www.arlestourisme.com.

 

-> Aix-en-Provence : les romains avaient appris à apprivoiser l’eau et à percer les secrets bienfaisants de certaines sources pour le corps. A Aix-en-Provence, la source qui vient des profondeurs de la Sainte-Victoire continue d’exercer ses vertus dans l’enceinte des thermes, un sanctuaire de bien-être pour une expérience magique. Au 55 avenue des Thermes. Tél. : 0442238182. www.thermes-sextius.com.

 

Musées archéologiques

 

Arles : Musée départemental Arles Antique

Non loin du centre historique, ce musée à l’architecture moderne rassemble tous les éléments archéologiques de la cité. L’Arles romaine y occupe une belle place avec ses sculptures et mosaïques, ses sarcophages et de nombreux autres objets découverts lors de multiples fouilles. Presqu’île du cirque romain. Tél. 0413315103. www.arles-antique.cg13.fr.

 

Orange : Musée d’art et d’histoire

Situé juste à côté du théâtre antique, il abrite le produit des fouilles à Orange. On peut y admirer de nombreuses pièces issues du fabuleux décor du mur de scène du théâtre, les trois cadastres, sur l’allotissement des terres, que l’Empereur Vespasien avait fait graver sur marbre, uniques en France ! Rue Madeleine Roch. Tél. 0490511760.

 

Vaison-la-Romaine : Musée archéologique Théo Desplan

C’est au cœur du site de Puymin qu’est établi ce musée réunissant les collections provenant des fouilles. On y trouve également des maquettes permettant d’avoir une vision globale de l’habitat romain. Tél. 0490365048.

 

Fréjus : Musée archéologique

On y découvre les collections gallo-romaines qui donnent une idée assez complète de l’art de vivre à Forum Julii (Fréjus) au temps des romains, avec son artisanat, son habitat, ses nécropoles… A voir, la maquette de la cité antique. Place Calvini. Tél. 0494521578.

 

Nice : Musée archéologique Nice-Cemenelum

L’édifice est situé entre le théâtre et les thermes. Y sont exposées les collections provenant des fouilles. 160, avenue des Arènes. Tél. 0493815957.

Notre sélection de campings

Affichage :
13 camping(s) trouvé(s)
  •  Domaine du Colombier - Fréjus
    + d'infos

    Fréjus Ce village-club est une référence incontournable. Pour des vacances d’exception, il propose des locations atypiques dans un environnement enchanteur : un immense parc arboré et fleuri à deux pas des plages de la baie de Fréjus. Clubs enfants (de 1-17 ans), tou...

    Note de l'expert
     
  •  Camping Pegomas - Saint-Rémy-de-Provence
    + d'infos

    Saint-Rémy-de-Provence À deux pas du centre-ville de Saint-Rémy de Provence, ce petit camping particulièrement calme et convivial propose des emplacements spacieux et bien délimités avec des parties communes à la propreté irréprochable. Il conviendra parfaitement aux familles ayant ...

    Note des consommateurs 146 avis
    8.65 /10
    Note de l'expert
     
  •  Domaine Carpe Diem - Vaison-la-Romaine
    + d'infos

    Vaison-la-Romaine Les terrasses de ce camping ont vue sur les montagnes environnantes. Les emplacements, tous plats, sont séparés par des haies à mi-hauteur et des arbres, de diverses sortes, font de l'ombre. Le complexe aquatique a plusieurs toboggans et trois bassins en plein...

    Note de l'expert
     
  •  Camping De Montourey - Fréjus
    + d'infos

    Fréjus Ce camping est bien caché, au bout d’une petite route calme, loin du tumulte des grandes cités balnéaires de la région. Profitez de calme pour déguster la douceur de vivre provençale et la chaleur méridionale. Diverses activités sont organisées au sein du camp...

  •  Camping Les Pins Parasols - Fréjus
    + d'infos

    Fréjus Les emplacements sont séparés par des haies basses et sont sous des pins parasols, en partie sur des terrasses, en partie sur des aires gazonnées. De nombreux emplacements ont leurs propres sanitaires et un point d'eau avec lavabo. Une aide est disponible pour...

    Note de l'expert