Le Périgord, en couleurs et en saveurs

 

Existe-t-il un terroir aussi diversifié que la Dordogne ? Aux confins du sud-ouest de la France, cette riche terre veinée d’eau, où s’entremêlent histoire et légendes, s’est épanouie en mettant à profit l’héritage de ses soubresauts. Aujourd’hui, elle offre aux curieux son exquise saveur, son incroyable patrimoine antique et moyenâgeux, lotis dans une nature généreuse. Dans un axe nord-sud, couleurs et saveurs s’égrènent de Brantôme, petit bijou périgourdin, à Bergerac la rustique, en passant par la faste et lumineuse Périgueux.

 

Texte : Sandrine Moirenc

 

Brantôme, la Venise périgourdine

 

Cerclée par la rivière de la Dronne, l’île du vieux Brantôme, appartenant au parc naturel régional Périgord-Limousin, se découvre comme une mini Venise. Il y a d’abord son campanile roman, le plus vieux de France – dit-on –, daté du XIe siècle. De même, son abbaye, consacrée par Charlemagne, fait figure de palais des Doges pour les Brantômais pendant que les kayaks s’improvisent gondoles. Vous serez séduits par la douceur de vivre de Brantôme qui se distille dans ses rues médiévales, son marché séculaire et ses tables de terroir.

 

Vers l’abbaye

En rejoignant le pont, tournez à gauche pour longer l’un des deux bras de la Dronne. Devant vous se dresse le vieux pont de Coudé, tout en pierre, avec ses remarquables redans. Il mène au charmant pavillon de style Renaissance italienne et à la tour ronde, anciens bâtiments de fortification de l’abbaye. Sur l’eau, mini gabarres à touristes et kayaks s’ébattent allègrement dans ce sublime décor médiéval.

 

L’abbaye Saint-Pierre-et-Saint-Sicaire et ses troglodytes

Ce long et imposant bâtiment, qui abrite l’hôtel de ville et deux musées municipaux, a été fondé par Charlemagne au IXe siècle, pour les moines bénédictins qui, dès le VIIIe siècle, s’étaient installés au pied de la falaise dominant le village. Il en reste d’ailleurs les fameux troglodytes. Immergez-vous dans leur univers et ne manquez pas la grotte du “Jugement dernier” avec ses énigmatiques bas-reliefs. Guidez vos pas, maintenant, vers les vestiges du cloître et de la salle capitulaire, avec ses belles croisées d’ogives, puis l’église abbatiale du XIIe siècle maintes fois remaniée. Le clocher, quant à lui, a été construit sur le rocher. Cette magnifique œuvre romane se visite.

 

Le centre historique

Découvrez l’histoire de la cité en flânant dans ses rues paisibles. Au XVIe siècle, tout un ensemble de prestigieux bâtiments se développe face à l’abbaye. Ces maisons de pierre, style médiéval et Renaissance, vous conduisent à la passerelle Eiffel qui enjambe la Dronne, une nouvelle fois. Abandonnez-vous au cliché romantique d’une nature douce et reposée, entre la Maison des Dames de la Foi, et le Château de la Hierce, sur l’autre rive.

 

Où manger ?

Profitez de la vue sur le village et la Dronne tout en dégustant la gastronomie du sud-ouest au restaurant "Au fil du Temps" : 1, chemin du Vert Galant. Tél. 0553052412. www.fildutemps.com.

 

Pour en savoir plus

C’est à l’office de tourisme qu’il faut vous adresser pour la visite du clocher. Il est situé dans les bâtiments conventuels en face de l’église abbatiale : 2, rue Puyjoli de Meyjounissas 24310 Brantôme. Tél. 0553058063. perigord-dronne-belle.fr.

 

Votre itinéraire

Pour vous rendre ensuite à Périgueux : empruntez la D939 sur 27 km.

 

Périgueux, à fleur de pierre

 

Prestigieuse cité gallo-romaine au Ier siècle, puis cité seigneuriale aux maisons fortes durant le Moyen-Âge, Périgueux se dote d’un autre centre de vie, à partir du XIIe siècle, suite à l’afflux de pèlerins venant s’installer autour des reliques de l’évangélisateur Saint-Front, premier évêque de la ville – au IIIe siècle. Le nouveau bourg se construit autour de la nouvelle cathédrale et se fortifie, signant le déclin de la cité comtale. Aujourd’hui, cet incroyable patrimoine de pierre – 20 000 ha sauvegardés – inonde la ville de lumière.

 

Le bourg du Puy Saint-Front

En suivant l’agréable voie verte aménagée sur la rive de l’Isle, vous atteignez le pont Barris. Poursuivez avenue Daumesnil pour rejoindre la place éponyme et son labyrinthe de galeries. Les belles maisons de pierre, de différentes architectures, constituent la richesse de ce bourg sauvegardé. Prenez la rue commerçante Limogeanne, ancien chemin de Compostelle, pour remonter vers la place Saint-Louis. Admirez-y la superbe maison du Pâtissier du XIVe siècle avec sa porte Renaissance, et puis infiltrez-vous dans les rues sinueuses. Rue de la Sagesse, l’Hôtel de Lestrade abrite un sublime escalier Renaissance. Place du Coderc, vous trouverez un marché hebdomadaire. Place de l’Hôtel de Ville, vous apercevez les Halles et, juste à côté, l’Hôtel Gilles Lagrange, cette bâtisse d’un style éclectique aux mâchicoulis et baies géminées, signes extérieurs de richesse.

 

Vers la cathédrale

Empruntez le passage Taillefer et descendez, rue des Farges, vers la tour Mataguerre, dernier bastion de l’ancienne fortification qui dénombrait vingt-huit tours. De son sommet, vous apprécierez la vue sur la cité Renaissance. Remontez la rue jusqu’au musée militaire. Les rues Aubergerie, Saint-Roche et du Calvaire vous mènent à la cathédrale Saint-Front. Cet imposant édifice aux allures byzantines affiche une architecture en croix grecque ramenée des croisades. Notez, à l’intérieur, les lustres qui illuminèrent le mariage de Napoléon III.

 

La cité gallo-romaine

Au sud-ouest du centre, la rue de la Cité mène à la première cathédrale de Périgueux, datée de l’an 1000 et dont il reste deux magnifiques coupoles en enfilade. À gauche, la rue Romaine vous conduit au jardin de Vésone pour vous retrouver devant la tour de la Déesse des eaux, vestige gallo-romain. Le musée abrite une formidable collection de vestiges de la cité antique. Au-dessus, le jardin des Arènes, havre de verdure, présente encore quelques vestiges.

 

À goûter : Le pâté de Périgueux

Les gourmets en auront pour leurs papilles ! C’est au Moyen-Âge que cette tradition culinaire fait son apparition en même temps que le métier de pâtissier, ancêtre des charcutiers. Ce dernier remplissait ses pâtes avec du poisson ou de la viande, et bien souvent, à Périgueux, avec de la chair de perdrix rouge. Le foie gras s’est imposé ensuite, agrémenté de truffe et de chair de canard. Le pâté de Périgueux est une véritable institution dans la cité, à tel point qu’une confrérie gourmande du pâté s’est constituée, en 1975, pour sauvegarder le savoir-faire de la noble denrée. Elle est animée par les maîtres pâtissiers de Bergerac.

 

Où manger ?

Optez pour une succulente cuisine de marché et de terroir au restaurant "Le Clos Saint Front" : 5/7, rue de la Vertu. Tél. 0553467858. www.leclossaintfront.com.

 

Pour en savoir plus

L’office de tourisme de Périgueux se trouve 26, place de Francheville. Tél. 0553531063. www.tourisme-perigueux.fr.

 

Votre itinéraire

Pour vous rendre ensuite à Bergerac, à 49 km de Périgueux, il vous faut emprunter la N21 et suivre la direction "centre-ville".

 

 

Bergerac, déesse bacchusienne

 

Se dorant sur les rives de la Dordogne, Bergerac cache bien son jeu. C’est au fil des rues et des places que sa splendeur se révèle à tout curieux prenant assez de temps pour se prêter au jeu d’une véritable chasse au trésor. La cité a peut-être été rendue célèbre par le personnage de Cyrano mais, pour les connaisseurs, les vins du pays sont les véritables vedettes ! Des quais au cœur du centre, en gabarre ou à pied, plongez dans son histoire, marquée par le calvinisme, et ses traditions nées des marchands de vin, de céréales et de tabac.

 

Le quai et les musées

Redescendez vers la Dordogne pour découvrir le vieux port et son embarcadère de gabarres, celles qui acheminaient le vin vers la Hollande et l’Angleterre. Au coin de la rue Savette, vous trouverez la Maison des Vins installée dans le magnifique cloître des Récollets, tout de bois et de briques rouges et datant du XVIIe siècle. Une dégustation vous y attend pour découvrir les treize AOC du bergeracois. En sortant du cloître, par la rue d’Albert, vous rejoindrez, place du Feu, le Musée du Tabac, unique en Europe. Logé dans la maison Peyrarède, un superbe hôtel particulier du début du XVIIe siècle affichant sa tour de noblesse et ses fenêtres Renaissance, le musée retrace 3000 ans d’histoire autour du tabac, au travers d’une exceptionnelle collection de têtes à pipes et autres précieux objets. En continuant la rue d’Albert, vous flânerez, rue Saint-Clar, dans un décor moyenâgeux fait de maisons en torchis et à colombages.

 

Le reste du vieux centre

En revenant sur vos pas vers le cloître, passez la place Dr Cayla pour vous rendre sur la place de la Mirpe. Ce petit havre de paix ombragé est entouré d’anciennes habitations de maîtres bateliers. Non loin de là, le Musée régional du Vin et de la Batellerie expose l’histoire des deux activités qui faisaient vivre Bergerac jusqu’au XIXe siècle. Remontez vers la place Pélissière, bardée d’agréables terrasses et où trône la fameuse statue de Cyrano, pour vous rendre rue Saint-Jâmes et rue des Fontaines. Les nobles et vieilles demeures s’y succèdent offrant des façades à colombages, des détails Renaissance. Notez l’ancienne centrale hydroélectrique datant de 1890, découverte et remise à jour il y a peu de temps. À gauche, vous découvrirez les halles couvertes de la place Louis-de-Labardonie, là même où s’est prononcé le prélude à “l’édit de Nantes”.

 

Où manger ?

Une cuisine fraîche, savoureuse et décalée ? C’est à "La Table du Marché Couvert" : 21, place du Marché Couvert. Tél. 0553224946. www.table-du-marche.com.

 

Pour en savoir plus

Vous trouverez l’office de tourisme de Bergerac au 97, rue Neuve d’Argenson. Tél. 0553570311. www.bergerac-tourisme.com.

 

Vos livres de route

-> Guide du Routard Dordogne-Périgord (Éditions Hachette)

-> Guide Vert Périgord-Quercy (Éditions Michelin)

 

Notre sélection de campings

Affichage :
156 camping(s) trouvé(s)
  • + d'infos

    Daglan Découvrez la Dordogne au Camping La Peyrugue.
    Profitez de nos deux piscines et de toutes nos activités loisirs.
    Le restaurant vous propose de déguster tous les soirs des spécialités régionales. Vous pouvez choisir des plats à emporter au snack.
    ...

    Note des consommateurs 6 avis
    8.2 /10
    Note de l'expert
     
  • + d'infos

    Saint-Léon-sur-Vézère Très beau camping installé au bord de la Vézère. Les patrons ont la main verte : allées fleuries, alliance entre plantes locales et palmiers, bambous, bananiers… 150 espèces (dont un jardin de plantes aromatiques) qui peuplent ce camping où le végétal est roi ...

    Note des consommateurs 244 avis
    8.84 /10
    Note de l'expert
     
  • + d'infos

    Sarlat-la-Canéda Au cœur du Périgord Noir, ce camping convivial de 7 hectares séduira les adeptes de la nature avec sa végétation riche et variée. À seulement 500 mètres du centre de Sarlat, cité médiévale où vous pourrez aisément vous rendre à pied ou à vélo. En période estiv...

    Note de l'expert
     
  • + d'infos

    Montignac Le camping La Fage est situé sur une colline boisée, entre les vallées de la Dordogne et de la Vézère en plein Périgord. Sarlat-la-Canéda n’est qu’à 17 km et Montignac-Lascaux à 8 km. Les nombreux trésors de la région s’offrent à vous en toute simplicité. Des...

    Note des consommateurs 88 avis
    8.71 /10
    Note de l'expert
     
  • + d'infos

    Thonac Le camping La Castillonderie vous accueille dans le Périgord Noir, sous le soleil du sud-ouest de la France. Cet établissement 3 étoiles est installé sur une colline boisée, entre trois belles vallées. Les emplacements sont abrités et séparés entre eux par la...

    Note des consommateurs 130 avis
    8.54 /10
    Note de l'expert