Crète, la Grèce la plus accueillante !

On entend souvent dire que la Crète est un continent qui se présente sous la forme d’une île. Une chose est sûre c’est qu’on peut y flâner des semaines sans se lasser. D’autant que c’est sûr, la Crète est la région de Grèce la plus accueillante ! (Par Elissavet Laloudaki)

L’île de l’aube

Le bateau accoste une terre qui se réveille doucement. Il est 6h du matin, c’est à cette heure-là que les ferries en provenance du Pirée arrivent à Héraklion ou à Souda, à moins de 6 kilomètres du centre-ville de Chaniá. La Crète est l’île de l’aube par excellence, si jeune, si neuve malgré ses milliers d’années d’histoire. Avant de rejoindre la foule des touristes de Chaniá (La Canée), profitez de la sérénité des paysages de la péninsule d'Akrotiri en faisant un "petit" détour d'environ 40 km pour visiter ses monastères. D’abord le monastère d’Agia Triada, majestueux complexe monastique considéré comme un des plus beaux exemples d’architecture Renaissance en Crète. Il a été fondé par les frères vénéto-crétois Jagaroli au XVIIe siècle. Puis le monastère de Katholiko, monastère abandonné où vous pourrez marcher des heures dans le calme absolu en seule compagnie des chèvres sauvages.

La plus grande île grecque, et la plus prospère

Le petit port vénitien de Chaniá est noir de monde, des gens de tous les âges et de toutes les nationalités. Une véritable Babylone au cœur d’un décor aux influences vénitiennes, turques et crétoises. Les mêmes scènes se répètent à Réthymnon, à Héraklion et à Ágios Nikólaos. Les principales stations balnéaires crétoises se trouvent en effet sur la côte nord de l’île, notamment à Platanias, Agia Pelagia, Bali, Hersonnisos, Malia et Ágios Nikólaos. Il faut rappeler que La Crète n’est pas seulement la plus grande île du pays, et la cinquième de la mer Méditerranée, elle est aussi l’une des principales destinations touristiques. La contribution du tourisme à sa prospérité est plus qu’évidente, et ici, la crise économique qui a frappé la Grèce se fait à peine sentir.

Le Palais de Knossos, le site le plus visité de Grèce après le Parthénon

La Crète est également le berceau de la civilisation minoenne, l’une des plus anciennes d’Europe (de 3000 à 1450 av. J.-C.). Entre les stations balnéaires d’Héraklion et d’Hersonissos, découvrez le palais de Knossos. Associé au mythe du labyrinthe, et fameux pour ses fresques, il est le site archéologique le plus visité de Grèce après le Parthénon d’Athènes !

Au café Iordanis, le même plat depuis 90 ans

Dans le centre-ville de La Canée, à l’écart de la zone touristique, faites une pause au café Iordanis, célèbre auprès des locaux pour sa bougatsa, une spécialité à base de pâte filo qui mélange le sucré, l’aigre et le salé. La recette vient d’un créto-musulman contraint de quitter l’île en 1923 après l’échange obligatoire des populations entre la Turquie et la Grèce prévu par le traité de Lausanne. Il l’a transmis à Iordanis, l’arrière-grand-père des propriétaires actuels qui y sont restés fidèles. Depuis 90 ans, c’est le seul plat servi dans ce café. À quelques mètres de là se dresse l’église de Saint-Nicolas de Splantzia, un ancien monastère dominicain qui dispose maintenant d’un clocher et d’un minaret, en parfait état tous les deux.

Le premier plongeon de l’été

Dirigez-vous ensuite vers les baies jumelles d’Agioi Apostoli, à un peu moins de 5 km à l’ouest du centre-ville, pour le premier plongeon de l’été. L’eau est froide mais ce n’est pas une surprise pour ceux qui connaissent la mer de Crète au début de l’été. La mer se réchauffera vite et on pourra s’y baigner jusqu’en octobre !

Dans la vieille ville vénitienne de La Canée

De retour à Chaniá pour la soirée, déambulez dans la vieille ville vénitienne que les bombardements de la Seconde Guerre mondiale ont, en grande partie, détruite en 1941. Aujourd’hui, les chantiers maritimes et la mosquée sont partiellement restaurés tandis que de nombreux autres bâtiments demeurent détruits, mais pas inoccupés. Ils sont les témoignages d’un passé pardonné depuis longtemps, mais pas oublié. La conservation de la mémoire et du patrimoine culturel est une sorte de devoir pour les Crétois, souvent qualifiés d’ultra-régionalistes. L’union de la Crète avec la Grèce, proclamée ici au port de Chaniá, ne remonte qu’à 1913. Aujourd’hui encore, une grande partie de la population se considère comme crétoise d’abord et grecque ensuite.

La cuisine crétoise, une raison suffisante pour visiter l’île

Dans un restaurant du centre-ville, découvrez les plats typiquement crétois : des escargots boubouristi au romarin, des pousses de vigne marinées, et aussi du dakos, la salade insolite crétoise composée de tomates, de xynomizithra (un fromage blanc de brebis un peu acide) et non de feta, de câpres et d’olives, le tout posé sur un pain sec et accompagné du vin de la maison. La cuisine crétoise, pas vraiment variée depuis deux mille ans, est en soi une raison suffisante pour visiter l’île. Le fameux régime crétois a attiré l’attention des chercheurs dès l’après-guerre en raison du faible taux de mortalité par maladie cardiaque ou par cancer des habitants. Aujourd’hui, la vie quotidienne n’est plus austère comme par le passé, mais les Crétois ont gardé leurs habitudes alimentaires et leur grande passion pour la cuisine authentique.

Les plages de Balos et d’Elafonissi parmi les plus belles du monde

Les deux plages stars de Crète se trouvent le long de la façade ouest de l’île : la plage de Balos au nord et la plage d’Elafonissi au sud, qui comptent parmi les plus belles du monde. Toutes les deux font partie du réseau Natura 2000 et sont désignées comme des zones de protection spéciale. Si vous souhaitez visiter Balos, il est préférable de louer une voiture (les tarifs sont très raisonnables). Arriver en bateau est une idée séduisante mais qui ne s’avère pas vraiment judicieuse : vous arriverez quand tout le monde sera déjà là, un cauchemar ! Prévoyez des chaussures fermées pour parcourir le sentier jusqu’à la plage (3 km).

Les gorges de Samaria, les plus longues d’Europe

Avec leurs 16 km de long, les gorges de Samaria sont les plus longues d’Europe ! Le petit village de Soúgia, à l’est d’Elafonissi, est la meilleure base pour les traverser. Vous pouvez prendre l’autobus pour Xyloskalo/Omalos où se trouve l’entrée du Parc National de Samaria à 1250 mètres d’altitude. Après 6 heures de marche le long des gorges, vous atteindrez le port d’Agía Rouméli d’où vous pourrez rejoindre Soúgia en bateau. Si vous ne vous sentez pas suffisamment en forme, vous pouvez embarquer pour Agía Rouméli par la mer, depuis Soúgia/Paleochóra ou Chóra Sfakíon/Loutró, et faire la partie inférieure des gorges qui est d’ailleurs la plus photogénique. C’est là qu’on peut voir les Sideroportes, les portes de fer. Malgré l’effort physique que leur traversée demande, sachez que les gorges de Samaria valent vraiment la peine !

Preveli, palmeraie et monastère

Ensuite direction Preveli, cité du centre-sud de l’île réputée pour son monastère de Kato Preveli qui a été récemment restauré et ouvert au public. La palmeraie de Preveli est aussi à voir, même si, malheureusement, elle a brûlé il y a plusieurs années. Heureusement, depuis 2012, elle renaît de ses cendres ! La palmeraie et la plage de Preveli sont accessibles par un escalier de 450 marches, ou par bateau depuis Agia Galini ou Plakias.

Quelques plages secrètes…

La plage d’Agios Pavlos avec ses dunes de sable gris, et encore plus la plage de Triopetra, toutes les deux au centre-sud de l’île, constituent des secrets bien gardés, bien qu’elles soient réputées parmi les pratiquants de yoga. Près de Matala, on trouve aussi Kommos, une plage sauvage située à proximité d’un site archéologique où les tortues caouannes viennent pondre. Vous pouvez également rejoindre la cité antique d’Itanos, à 2 km, où vous trouverez une plage bordée de palmiers sous la colline du site archéologique. Toutes sont merveilleuses !

Flower Power à Matala

Si les stations balnéaires les plus fréquentées sont au nord de l’île, le sud de la Crète reste préservé du tourisme de masse et ce, malgré le fait que c’est là que tout a commencé. En effet, c’est à Matala, dans les cavernes préhistoriques utilisées ensuite comme tombes romaines, que les artistes du Flower Power (dont Joni Mitchell, Joan Baez ou encore Bob Dylan) ont essayé de vivre leur utopie. La junte militaire grecque (1967-1974) n’a pas permis la réalisation de leur rêve mais les dés étaient jetés.

Au sommet du Mont Ida

Si vous êtes en bonne condition physique, ne manquez pas la montée au sommet du Mont Ida considéré comme sacré par les Crétois. Appelé aussi Mont Psiloritis, il est le plus haut sommet de Crète où il culmine à 2456 mètres, en plein centre de l’île. Sur la route qui vous y mène, ne manquez pas d’aller voir le palais de Phaistos, l’un des principaux sites archéologiques de la civilisation Minoenne. Il existe plusieurs sentiers pour le rejoindre le Mont Ida. Vous pouvez emprunter celui qui part de Livadia car la route pour rejoindre le départ est pavée. Et c’est parti pour 3 heures de marche pour le sommet où l’on trouve une église construite à la manière des anciens Minoens. Que vous soyez seuls ou en compagnie des bergers du mont, l’expérience sera inoubliable !

À la recherche de la Crète préservée du tourisme

L’est de la Crète, après Ierapetra, est la zone de l’île la plus préservée et tranquille. Vous y trouverez les gorges de Perivolakia dont la traversée est assez facile : 7 km aller-retour. À l’entrée des gorges, vous apercevez le monastère de Moni Kapsa perché sur la roche.

Xerokambos, paradis caché loin de la foule

Vous arrivez ensuite à Xerokambos, un petit paradis caché loin de la foule, mais pas complètement isolé. La mer est d’un bleu azur, le sable fin et les eaux limpides ! Dans le petit village d’Ampelos, on trouve deux ou trois tavernes. La première plage : Mazida Ammos est très grande et revêt un air des Tropiques. Mais le vrai spectacle se trouve à Gerontolakos où l’on accède par un chemin de terre. Juste à côté, sur la plage d’Argilos, les gens s’enduisent le corps d’argile.

Moni Toplou : les meilleurs vins sont au monastère !

Impossible de clore cet article sans dédier un paragraphe aux vins crétois. Les meilleurs rappellent le goût des vins fortifiés espagnols ou italiens. Les cépages principaux sont le vilana (blanc), le kotsifali et le mandilaria (rouges). Et la région viticole principale se trouve près de Héraklion, à Peza et Archanes. Mais le meilleur endroit pour déguster de bons vins de Crète est paradoxalement un monastère : le Moni Toplou près de la ville de Sitia, fameux aussi pour son huile d’olive. Quant au raki, l’alcool national, il est toujours de qualité supérieure et bon en toute occasion : comme apéritif et comme digestif, pour se relaxer et pour se revigorer, dans la joie et la tristesse, etc. Ne soyez pas surpris si, à la table du café d’un village, votre raki est offert par un autre client ou même par le propriétaire. Selon l’hospitalité crétoise, vous êtes un hôte, profitez-en !

Notre sélection de campings

Affichage :
9 camping(s) trouvé(s)