Lozère, la beauté à gorges déployées

Des hauts plateaux de l’Aubrac aux vastes étendues du Causse Méjean cerné par les spectaculaires gorges du Tarn et de la Jonte, en passant par la Margeride, le Gévaudan et les Cévennes, le département de la Lozère rassemble des paysages d’une diversité extraordinaire qui sont autant d’invitations à de belles balades naturalistes. (Par Annette Soumillard et Marc Grenet)

L’Aubrac, l’immensité d’une beauté sauvage et fascinante

Quel que soit votre point de départ, c’est sans doute par l’autoroute A75 que vous aborderez les merveilleux paysages de la Lozère qu’elle traverse du nord au sud. Au nord, le large ruban d’asphalte marque la frontière entre le Massif de la Margeride à l’est et les plateaux de l’Aubrac Lozérien à l’ouest. Pays de vastes horizons, d’herbages infinis ondulant sous le vent, l’Aubrac c’est avant tout l’immensité d’une beauté sauvage et fascinante. Ses plateaux déploient leurs étendues pour leur plus grande partie en Lozère même si, par sa flore, son altitude et sa physionomie générale, ce massif demeure d’essence auvergnate. Ses montagnes dénudées, presque austères mais terriblement belles, atteignent 1300 à 1400 mètres d’altitude. De nombreux ruisseaux et rivières gorgés de poissons courent dans ces immensités vides où rien n’arrête le regard si ce n’est les murets de pierre qui strient les pâturages, de rares arbres semblant comme perdus, quelques burons et les "clochers peigne" des hameaux et villages de pierre qui paraissent tous braver l’infini et le vent.

Lire l’article L’Aubrac, l’immensité d’une beauté sauvage et fascinante

Le Gévaudan, terre de mythes et de légendes

Il est temps de quitter les paysages de l’Aubrac pour ceux du Gévaudan et de la Margeride, en rejoignant Marvejols par la D900.

Lire l’article Le Gévaudan, terre de mythes et de légendes

Les grands causses lozériens

Après cette journée dans la région de Marvejols, vous rejoindrez la vallée du Lot, frontière naturelle entre la Margeride et les grands causses lozériens. Bordée d’un côté par la nationale et de l’autre par la ligne de chemin de fer, elle n’est guère pittoresque à cet endroit et mieux vaut la quitter à Chanac pour rejoindre Sainte-Enimie. Quel que soit votre itinéraire, tous les chemins parcourant le Causse de Sauveterre, vous mèneront au Tarn. Depuis des millénaires, ses eaux vives ont raboté le plateau calcaire jusqu’à le fendre séparant ainsi le Causse de Sauveterre du Causse Méjean par des falaises pouvant atteindre 500 mètres de hauteur. Mais avant de parcourir ses gorges, empruntez la D986, la seule départementale enjambant le Tarn, pour rejoindre facilement les hauteurs du Causse Méjean.

Lire l’article Les grands causses lozériens

Gorges de la Jonte et gorges du Tarn, défilé haute nature

 

Toujours pas la D986, vous joindrez l’agréable petite cité de Meyrueis, porte d’entrée des gorges de la Jonte qui s’étirent sur une vingtaine de kilomètres jusqu’au Rozier. Ici l’espace est plus resserré encore que dans les gorges du Tarn mais la route est plus large et les falaises aussi impressionnantes, surtout lorsque dans le ciel les vautours planent en vol circulaire.

Lire l’article Les gorges du Tarn, défilé haute nature

Pour plus d'informations : Comité Départemental de Tourisme de la Lozère : 14, boulevard Henri Bourrillon 48000 Mende. Tél. 0466656000. www.lozere-tourisme.com.

Notre sélection de campings

Affichage :
29 camping(s) trouvé(s)