Les Pyrénées-Orientales, de la côte catalane aux terres du Canigou

Les Pyrénées-Orientales, que l’on pourrait aussi appeler Pyrénées Catalanes, présentent bien des attraits. Le littoral d’abord qui concentre au nord d'immenses plages de sable fin jusqu’à Argelès-sur-Mer, puis la Côte Vermeille, rocheuse et sauvage, découpée de criques et de caps. Tandis que dans les terres, autour du Canigou, se déploie une mosaïque de paysages colorés ponctués de villages plein de charmes et de trésors de l’art roman. (Texte : Annette Soumillard et Marc Grenet)

Perpignan, capitale colorée du pays catalan

Notre itinéraire commence à Perpignan, à la fois proche de la mer et de l'imposant Massif du Canigou, omniprésent dans les paysages du Roussillon. Le Castillet, reconnaissable à ses hauts murs de briques rouges, est l’emblème et l’ancienne porte principale de la vieille ville où il faut déambuler, au gré de ses envies, jusqu'à la place de la Loge où trône l'imposante mais élégante Loge de Mer, l'ancienne Bourse des Marchands. Descendez, ensuite, vers la cathédrale Saint-Jean où de nombreux restaurants proposent une terrasse ombragée pour le déjeuner, avant d'entamer la visite du Palais des Rois de Majorque. Sur son promontoire, ce superbe palais a été, pendant près d'un siècle, le centre de l'éphémère royaume de Majorque. Cour d'honneur, galeries, escaliers monumentaux, arcades, rien ne manque. Avec en prime un beau panorama depuis le sommet de sa tour où la vue s'étend jusqu'au littoral.

Le Canet-en-Roussillon, plage et port

Le littoral vous le rejoindrez au Canet-en-Roussillon, la plage la plus proche qu’affectionnent les Perpignanais. En fait, une station balnéaire surpeuplée durant la saison estivale et sans trop de charme si ce n'est son immense plage, agréable à la baignade et qui s'étend jusqu'au port de Saint-Cyprien où vous pourrez vous procurer du poisson frais au retour des bateaux de pêche. Au passage, ne manquez pas le coucher du soleil sur l'étang de Canet visibles depuis la route littorale avec le fameux Mont Canigou en décor de fond.

Argelès-sur-Mer, traditionnel village catalan

Passez ensuite à Argelès-sur-Mer, si possible un mercredi matin : jour de marché, pour mieux apprécier l'authenticité de ce traditionnel village catalan et pénétrer dans son église gothique Notre-Dame-del-Prat du XIVe siècle qui conserve de beaux retables. À l'heure de la baignade, Argelès-Plage vous offre sept kilomètres de sable blond. Après le port de Racou, le sable cède la place aux galets. Par endroits, des rochers apparaissent et la côte se transforme.

La Côte Vermeille

À partir d’ici : les Pyrénées ont rendez-vous avec la mer. Ainsi commence la Côte Vermeille nommée ainsi depuis le XIXe siècle en référence aux teintes chaudes que prennent les roches de schiste au lever et au coucher du soleil donnant de superbes reflets sur l'eau. D'ailleurs, le climat, la lumière et ces paysages mêlant mer et montagnes ont attiré, bien avant les foules de touristes d'aujourd'hui, des peintres comme Matisse et Derain, chefs de file du Fauvisme, qui se sont installés à Collioure.

Collioure et Port-Vendres, petits bijoux de la côte

Et, comment ne pas se laisser séduire par le charme ambiant de Collioure, surnommé le “petit bijou” de cette côte ? Il est vrai que les touches colorées des barques catalanes et des maisons, serrées devant la plage, encadrée par un château massif et l'église Notre-Dame-des-Anges, en font le cliché idyllique du petit port catalan. Mais attention, ici, encore plus qu'ailleurs sur cette côte, à la belle saison et le week-end, il est extrêmement difficile de circuler et encore plus de se garer. Préférez Port-Vendres, distante de quelques kilomètres, qui dispose du port de pêche le plus actif de la côte. Là, vous pourrez tranquillement vous attabler en terrasse, sur le port, face à sa jolie église de style espagnol, bâtie curieusement sur les quais, ou vous rendre à la criée pour acheter poissons et coquillages frais.

Banyuls, des vignobles en bord de mer

En quittant Port-Vendres par la D914, vous passerez à proximité de la superbe anse de Paulilles où trois belles plages protégées par le Conservatoire du littoral vous attendent pour une baignade dans des eaux limpides. Un petit coin de paradis ! Puis, au sortir de deux, trois virages, vous découvrez la grande baie de Banyuls entourée de vignobles en terrasses. Banyuls, patrie du sculpteur Aristide Maillol dont on peut visiter la dernière demeure transformée en musée, ne manque pas de charme avec son village en escalier et sa plage où se mélangent sable et galets. Mais elle est surtout connue pour son vin doux naturel qui a fait sa richesse. Pour preuve, les nombreuses caves viticoles situées à proximité du front de mer, souvent ouvertes à la visite et où l'on peut déguster différents crus.

La route des Crêtes, entre ciel et mer

Prolongez ensuite jusqu’au Cap Réderis pour son superbe panorama, avant de revenir sur Banyuls où vous ne manquerez pas d’emprunter la D86 appelée à juste titre la route des Crêtes. Elle parcourt les premiers contreforts des Pyrénées en surplombant la Côte Vermeille entre Banyuls et Collioure. Cette incroyable petite route sinueuse à souhait s’élève de virage en virage, entre ciel et mer, au milieu des coteaux abrupts des piémonts du Massif des Albères. Les vignes, pour la plupart encore cultivées à la main, s’étagent en audacieuses terrasses zébrées de murets de schiste par les vignerons qui ont sculpté ces montagnes pour produire les vins de Banyuls et Collioure. Tandis qu’au loin, les eaux turquoise de la Méditerranée soulignent le ruban doré de la côte, réservant un plus beau spectacle encore à chaque virage. À mi-parcours, un embranchement mène à la Tour Madeloc (route uniquement piétonne et à 23% !) qui surveille ces paysages magnifiques depuis le XIIIe siècle. Enfin, la descente sur Collioure offre encore des panoramas grandioses qui sont un régal pour les yeux !

L’arrière-pays catalan et ses chefs-d’œuvre de l’art roman

Après cela vous partirez vers l’arrière-pays catalan qui mérite vraiment que l’on s’y attarde. Car, à quelques tours de roues de leur magnifique littoral, les Pyrénées-Orientales offrent des paysages contrastés de plaines et de collines, dominés par l’imposant Massif du Canigou et parsemés de villes et villages agréables et colorés, mais aussi de prieurés et d’abbayes considérés comme des joyaux de l’art roman. Tous méritent vraiment une visite ! À commencer par Elne, bourgade installée sur une colline dominant la plaine du Roussillon dont elle n’est pas moins que l’ancienne capitale religieuse. De ce passé prestigieux, elle garde son imposante église-forteresse toujours entourée d’une partie de ses remparts et dont vous ne manquerez pas de visiter le cloître, considéré comme l’un des chefs-d’œuvre de l’art roman du Roussillon. Construit entre le XIIe et le XIVe siècle et conservé dans son intégralité, il présente dans ses délicates colonnes jumelées, entièrement ciselées de motifs historiés et animaliers, un panorama de la sculpture romane jusqu’à l'apparition du gothique, de toute beauté.

 

 

Céret, des cerises et des peintres

Une vingtaine de kilomètres seulement séparent Elne de la petite ville de Céret, mais déjà les paysages ont changé. La plaine un peu aride a fait place aux collines du Vallespir et aux vergers qui font la fierté de Céret, célèbre pour ses cerises qui mûrissent deux mois plus tôt qu’ailleurs. On la surnomme aussi la “Mecque du Cubisme” depuis qu’il y a cent ans le sculpteur Manolo, charmé par ses places ombragées de platanes séculaires, son pont du Diable qui franchit le Tech de son arche de 45 mètres et ses traditions catalanes vivaces, a accueilli ses amis peintres cubistes. Picasso, Braque et bien d’autres furent tellement charmés par l’endroit qu’ils firent don de certaines de leurs œuvres dans le but d’ouvrir le Musée d’Art Moderne de Céret dès 1950. Picasso et Matisse notamment donnèrent des pièces exceptionnelles : une série unique de vingt-huit coupelles en céramique sur le thème de la corrida pour Picasso et quatorze dessins réalisés lors de son séjour à Collioure en 1905 pour Matisse. La collection abrite également des toiles de Soutine, Gris, Chagall, Dufy, souvent en lien avec la ville et ses alentours. Un musée à ne pas rater !

De la vallée du Vallespir à celle du Conflent

Vous remonterez ensuite sur Thuir située à mi-chemin entre la vallée du Vallespir et la vallée du Conflent respectivement arrosées par le Tech et la Têt. Les paysages font alterner vergers et vignes qui s’étagent jusqu’au pied du Canigou dont il est la magnifique toile de fond. Si vous vous arrêtez à Thuir, vous ne pourrez pas manquer les Caves Byrrh qui occupent une grande partie du centre-ville et abritent la plus grande cuve en chêne du monde. Les amateurs visiteront le lieu de production du célèbre apéritif à base de hauts crus du Roussillon et d’écorces de quinquina. Les autres partiront directement en direction de Castelnou, à 5 kilomètres de là, superbe et minuscule village fortifié planté sur un piton boisé au pied de son château médiéval du Xe siècle.

Les orgues d’Ille-sur-Têt, décor extraordinaire

Rejoignez ensuite la vallée du Conflent à Ille-sur-Têt où vous attendent les "orgues". Dans ce cirque minéral sculpté par les eaux de pluie et le vent, des cheminées de fées, qui sont en fait des colonnes de roche argilo-sableuse hautes de 10 à 12 mètres, composent un décor extraordinaire qui évolue avec le temps. À visiter au lever et au coucher du soleil de préférence lorsqu’ombres et couleurs subliment cet étonnant paysage que l’on peut aussi admirer de loin depuis les hauteurs de la D2 qui monte en direction de Bélesta.

Le prieuré de Serrabone, joyau d'art roman

De l’autre côté de la vallée, dans des paysages plus austères, le prieuré de Serrabone offre d’autres charmes sur la commune de Boule-d'Amont. Niché à 600 mètres d’altitude, on le découvre au bout d’une route tout en montée et virages, totalement isolé dans un site désertique de montagnes, au milieu des chênes verts. Fondé au XIe siècle, ce prieuré solitaire, à la silhouette stricte mais empreinte de sérénité, recèle un véritable trésor dans son église : une étonnante tribune de marbre rose qui surprend par la richesse de la décoration de ses chapiteaux, sculptés de monstres composant un bestiaire fantastique, de motifs floraux et d’anges. Après vous avoir saisi, la beauté de ce joyau d'art roman vous émerveille.

Sur la route des monuments phares de l'art roman

Une fois redescendu sur Prades, deux autres monuments incontournables de l’art roman catalan vous attendent. En empruntant la route de Vernet-les-Bains, vous atteindrez d’abord l’abbaye Saint-Michel-de-Cuxa sur la commune de Codalet. Vous reconnaîtrez son clocher en forme de tour carrée qui émerge au-dessus des vergers. Monument phare de l'art roman catalan, ce monastère vécut une époque prestigieuse du IXe au XVIIe siècle. Vendue comme bien national à la Révolution, l'abbaye tomba en ruines. Restaurée dès les années cinquante, elle a retrouvé sa vocation monastique puisqu’elle est habitée par une petite communauté de bénédictins. Son magnifique cloître est considéré comme un chef-d’œuvre de l'art roussillonnais : ses chapiteaux en marbre rose sont parmi les premières sculptures romanes de Catalogne. Leurs motifs sont symboliques, floraux ou animaliers fantastiques. Mais vous ne verrez qu’une moitié des chapiteaux, l’autre est exposée au Musée des Cloisters à New York depuis 1915. D’ici vous serez au plus proche du Mont Canigou, la montagne sacrée des catalans et, par un chemin qui s’en approche, vous passerez aux abords de l’abbaye Saint-Martin-du-Canigou. Édifiée à 1000 mètres d’altitude il y a plus de 1000 ans, sur un éperon rocheux dominant un à-pic, elle ne se livre qu’aux randonneurs dans un cadre sauvage et magnifique fait de falaises et de canyons.

Villefranche-de-Conflent, vue sur le Fort Libéria

Enfin, vous redescendrez sur Villefranche-de-Conflent qui clôture cet itinéraire. Véritable verrou stratégique à la croisée du Cady et de la Têt, cette cité médiévale cernée de remparts et renforcée par Vauban au XVIIe siècle vous invite à prendre votre temps et à flâner sur son chemin de ronde, à vous promener dans les ruelles étroites et à pousser la porte des boutiques gourmandes ou des restaurants qui offrent pour certains de belles terrasses en plein air avec vue sur le Fort Libéria qui surplombe la ville.

À la découverte la Cerdagne ou des vignobles du Roussillon

De là, vous pourrez poursuivre vers la Cerdagne et le Capcir, via Mont-Louis ou, au contraire, revenir sur Perpignan, via Les Fenouillèdes où, à travers de petites routes sinuant dans de magnifiques paysages, s’épanouissent les vignobles de Bélesta et de Caramany, aux arômes puissants et colorés de soleil, qu’il faut absolument découvrir.

 

Les informations pratiques de Clubcampings dans les Pyrénées-Orientales

 

Pour plus de renseignements :

‐ Agence de développement touristique des Pyrénées-Orientales : 2, boulevard des Pyrénées 66000 Perpignan. Tél. 0468515253. www.tourisme-pyreneesorientales.com.

‐ Office de tourisme de Perpignan : palmarium place François Arago. Tél. 0468663030. www.perpignantourisme.com.

‐ Office de tourisme de Collioure : place du 18 juin. Tél. 0468821547. www.collioure.com.

Office de tourisme de Céret : 1, avenue Georges Clémenceau. Tél. 0468870053. www.ot-ceret.fr.

Office de Tourisme de Prades-Conflent : 10, place de la République. Tél. 0468054102. www.prades-tourisme.fr.

 

Pour vos visites :

- Palais des Rois de Majorque : rue des Archers 66000 Perpignan. Tél. 0468346493.

- Musée Maillol : Vallée Roume 66650 Banyuls-sur-Mer. Tél. 0468885711. www.museemaillol.com.

- Musée d’Art Moderne de Céret : 8, boulevard Maréchal Joffre 66400 Céret. Tél. 0468872776. www.musee-ceret.com.

- Caves Byrrh : 66300 Thuir. Tél. 0468575173. www.caves-byrrh.fr.

- Site des Orgues : chemin de Regleilles 66130 Ille-sur-Têt. Tél. 0468841313.

- Prieuré de Serrabona : 66130 Boule-d'Amont. Tél. 0468840930.

- Abbaye Saint-Michel-de-Cuxa : route Taurinya 66500 Codalet. Tél. 0468961535. abbaye-cuxa.com.

Notre sélection de campings

Affichage :
69 camping(s) trouvé(s)
  •  Camping Sunêlia Les Tropiques - Torreilles-Plage
    + d'infos

    Torreilles-Plage Ce village vacances réputé est situé au cœur de la plaine du Roussillon et à seulement 400 mètres de la mer (accès direct). Un large choix de loisirs, infrastructures sportives et animations vous sera proposé sur place. Parcours de santé sur la plage. En haute...

    Note de l'expert
     
  •  Yelloh! Village Le Brasilia - Canet-en-Roussillon
    + d'infos

    Canet-en-Roussillon Ce luxueux camping est aménagé comme un village avec un centre commerçant animé, un espace aquatique digne de ce nom et même un centre de balnéothérapie. Ses 15 hectares superbement aménagés flirtent avec le port comme avec la plage. Une équipe dynamique vous ...

    Note des consommateurs 337 avis
    8.91 /10
    Note de l'expert
     
  •  Yelloh! Village Le Pré Catalan - Le Barcarès
    + d'infos

    Le Barcarès Situé entre mer Méditerranée, lac marin et chaîne des Pyrénées, le Pré Catalan c’est également près de 300 jours de soleil par an et la proximité de 8 km de plages de sable fin classées Pavillon Bleu. Le lieu de tous les rendez-vous c’est ici le Froggy’s bar, ...

    Note des consommateurs 1 avis
    7.67 /10
    Note de l'expert
     
  •  Camping Les Albères - Laroque-des-Albères
    + d'infos

    Laroque-des-Albères Nous sommes ici à distance égale des plages de la Grande Bleue et des contreforts pyrénéens. Vous trouverez dans ce camping des mobil-homes, des chalets et des tentes, dans un environnement boisé et tranquille. L’équipe maison est là pour vous proposer toutes ...

    Note de l'expert
     
  •  Camping La Chapelle - Argelès-sur-Mer
    + d'infos

    Argelès-sur-Mer Cette institution d’Argelès est implantée dans la commune en retrait de la plage. Depuis 2014, La Chapelle est unifiée avec le camping voisin : Les Ombrages pour proposer plus de services et d’espace. De récents aménagements et équipements ont été mis en place...

    Note de l'expert