Les Châteaux de la Loire

Entre Sologne et Touraine, la légendaire “vallée des Rois” égrène ses châteaux comme les perles d’un chapelet, de véritables joyaux qui illuminent les paysages du Val de Loire. Forteresses stratégiques ou demeures d’agrément célébrant la Renaissance, les châteaux de la Loire témoignent depuis des siècles de la gloire des rois de France et des splendeurs de l’histoire. (Par Annette Soumillard)

Blois : synthèse architecturale et historique des châteaux de la Loire

La Loire et ses affluents : la Vienne, l’Indre et le Cher, enserrent dans leurs bras un grand nombre d’édifices formant l’un des ensembles les plus importants du patrimoine culturel français : les châteaux de la Loire. Mais il serait vain de vouloir les ­visiter tous, au risque de faire une indigestion. Mieux vaut prendre son temps et faire des choix. Le pays de Blois abrite parmi les plus prestigieux : Chambord, ChevernyChaumont-sur-Loire et Blois, par lequel vous commencerez votre périple. Résidence des rois de France à la Renaissance, il offre à travers ses quatre ailes de styles différents, son escalier monumental et ses appartements décorés et meublés, une véritable synthèse architecturale et historique des châteaux de la Loire. Aux beaux jours, la nuit venue, sa cour s’anime d’un son et lumière retraçant son histoire, au cours de laquelle conflits, amours et drames ont façonné l’histoire de France. Avant de quitter la terrasse du château pour aller flâner dans la vieille ville de Blois où règne une agréable douceur de vivre, ne manquez pas la Maison de la Magie, située dans la grande maison qui ferme la place. Sur plus de 2000 m² et cinq niveaux, elle vous plonge dans l’histoire de la magie et l’œuvre de Robert Houdin, natif de Blois et considéré comme l’un des plus grands illusionnistes de tous les temps.

Le roi Chambord

Quittant Blois, vous rejoindrez rapidement Chambord, l’incontournable des “incontournables”. Edifié au milieu d’une plaine autrefois marécageuse, ce rêve de pierre d’un roi épris de grandeur s’impose en majesté. Digne de tous les superlatifs, il est la “star” des châteaux de la Loire et leur plus beau symbole. Imaginé par François Ier, entouré des plus grands génies de la Renaissance, il fascine par sa démesure et son style mariant les influences avec harmonie, la richesse de ses ornementations, ses 440 pièces (dont 80 seulement sont ouvertes à la ­visite), 84 escaliers, 365 cheminées… et reste le chef-d’œuvre de trois siècles d’histoire royale. Après sa visite, vous aurez peut-être envie de calme et de repos. Empruntez alors la route rectiligne qui conduit à Bracieux en traversant la forêt de Chambord qui occupe une grande partie des 5500 hectares du domaine et rendez-vous au château de Villesavin. Après Chambord, il paraît modeste, mais cet élégant château inspiré des villas de la Renaissance italienne lui fait néanmoins référence. Souvent surnommé “la cabane de chantier de Chambord”, il fut en effet érigé par Jean le Breton, chargé par François Ier d’assurer la conduite et le paiement des travaux de Chambord. Celui-ci, désireux de se faire construire son propre château, fit appel aux artisans florentins et français de Chambord qui contribuèrent largement au raffinement du décor orné des frontons et lucarnes de Villesavin, comme des peintures murales de la chapelle, récemment restaurées. Dans la cour d’honneur, trône encore une vasque en marbre de Carrare, et le grand colombier à pieds, doté de 1500 cases, possède toujours son échelle tournante d’origine. Deux musées agrémentent la visite, celui des voitures hippomobiles (et des voitures d’enfants anciennes) et celui du mariage à travers ses coutumes depuis le XIXe siècle.

Le château de Cheverny, célèbre Moulinsart

Le lendemain, au cœur des paysages de la Sologne viticole, le château de Cheverny sera votre prochaine étape. D’une architecture insolite pour la région blésoise où nombreux sont les châteaux Renaissance, son imposante façade symétrique surprend par sa blancheur qui se détache sur les tapis verts du gazon. Hergé, d’ailleurs, s’en inspira pour son célèbre Moulinsart dans Tintin. Construit par la famille Hurault en 1634, à l’emplacement d’un château du Moyen-Âge, il n’a subi aucune modification depuis et s’offre à vos yeux tel qu’il était alors. Le fait qu’il appartienne encore à cette famille, qui l’habite toujours, n’y est sans doute pas étranger et l’on est d’autant plus ému par la richesse de sa décoration intérieure et de sa collection de mobilier, constituées par les générations qui s’y sont succédé.

De Fougères-sur-Bièvre à Chaumont-sur-Loire

Continuez par la suite sur la D52 jusqu’à Fougères-sur-Bièvre. La surprise est grande, en arrivant dans ce petit village, de découvrir son château féodal des XIe et XVe siècles, aux allures de forteresse, tout à fait méconnu dans le circuit classique des châteaux de la Loire. Solidement planté au cœur du bourg, il évoque le type même du château fort tel qu’on l’imaginait enfant, avec son imposant donjon, ses tours rondes, sa courtine à mâchicoulis et sa poterne d’entrée fortifiée. Mais plus surprenante encore est sa cour intérieure aux proportions intimes et toute en lignes rondes, avec ses multiples tourelles et sa galerie basse à arcades qui lui confère un charme empreint d’authenticité. Vous rejoindrez ensuite les bords de Loire, car contrairement à leur nom, les châteaux de la Loire ne sont pas tous sur ses rives, et Chaumont-sur-Loire dont le château, flanqué de tours à mâchicoulis, s’élève en belvédère au-dessus du fleuve. Catherine de Médicis et Diane de Poitiers, notamment, l’habitèrent, et leur souvenir plane dans les appartements aux décors médiévaux. Mais si l’on vient à Chaumont c’est aussi pour le festival international des jardins qui tous les ans offre un panorama étonnant de la création paysagère dans le monde. Sur un thème donné : paysagistes, architectes, jardiniers et designers de tous horizons créent de petits jardins qui sont autant d’univers empreints d’inventivité et de poésie, offrant une balade extraordinaire à ne pas manquer.

Amboise, dernière demeure de Léonard de Vinci

En longeant la Loire, vous rejoindrez bientôt le château d'Amboise qui exprime, sur le plan architectural, la charnière de deux époques. C’est encore une forteresse ceinturée de puissants remparts dressés au-dessus de la Loire, mais déjà l’art italianisant de la Renaissance se profile dans l’ornementation. On imagine mal, aujourd’hui, ce que furent la splendeur des bâtiments disparus (il n’en reste que 20%) et la somptuosité des fêtes qui s’y donnèrent sous Charles VIII et François Ier. Seuls le logis royal et les tours conservent de belles pièces meublées. Mais la visite vaut aussi pour la terrasse et sa vue pano­ramique sur la ville d'Amboise et la Loire, l’une des plus belles de Touraine. Ainsi que pour la petite chapelle Saint-Hubert, isolée du château par les destructions, qui abriterait les restes présumés de Léonard de Vinci qui mourut à Amboise. Sa dernière rési­dence, le manoir du Clos-Lucé, se trouve à 500 mètres de là. En 1516, François Ier, qui séjournait au château, demanda à avoir près de lui le célèbre érudit florentin et lui offrit l’hospitalité dans cette demeure où il s’éteignit en 1519. Outre ses appartements meublés, on appréciera surtout ici la ­quarantaine de maquettes réalisées d’après les plans et esquisses dessinées par Vinci qui avait imaginé en visionnaire de génie : l’avion, l’automobile, le char d’assaut, le parachute ou encore l’hélicoptère. La visite se poursuit avec le parcours paysager baptisé "jardin de Léonard" : 1,5 hectare où sont reconstitués les paysages de l’époque du maître ainsi qu’un pont en bois à deux niveaux réalisé d’après un dessin de Vinci.

Chenonceau, château privé le plus visité de France

Il sera temps, ensuite, de quitter les méandres sablonneux de la Loire pour ceux, plus argentés, du Cher où se mire le gracieux château-pont de Chenonceau à une petite quinzaine de kilomètres. Son élégance unique en fait le château privé le plus visité de France. Choisissez donc bien votre jour et votre heure pour visiter celui que l’on nomme également le “château des Dames”. Ce rêve de femmes est né au premier temps de la Renaissance grâce à la tourangelle Catherine Bohier sur les vestiges d’un château médiéval, puis fut embelli par Diane de Poitiers qui entreprit d’y adjoindre un pont de soixante mètres enjambant le Cher, avant d’être chassée par Catherine de Médicis qui fit surmonter ledit pont d’une galerie ornée de dix-huit fenêtres et d’un sol carrelé de tuffeau et d’ardoises pour en faire une magnifique salle de bal.

Les cités médiévales de Loches et Chinon

Après Chenonceau, en direction du sud, vous gagnerez Loches. La cité médiévale possède encore la quasi-totalité de ses remparts du XIIe siècle, lesquels enferment un grand donjon carré de près de 40 mètres de haut daté du XIe siècle, et un château et son logis royal. Puis vous rallierez Chinon, cité médiévale elle aussi, à une soixantaine de kilomètres vers l’ouest. Etablie sur les bords de la Vienne, elle étage ses quartiers anciens à l’abri d’une falaise dominée par une des plus importantes forteresses féodales de France (presque 500 mètres de long sur 100 mètres de large) datée du XIIe siècle. Il aura d’ailleurs fallu plus de six ans de travaux pour lui redonner une partie de son aspect d’autrefois que l’on découvre à travers un parcours ludique et interactif. Enfin, sachez que le camping situé juste en face offre une vue “imprenable”.

Azay-le-Rideau, fleuron de la Renaissance

De là, en traversant la forêt de Chinon, on rejoint la vallée de l’Indre, plus intime et réputée pour son joyau : Azay-le-Rideau. Ce fleuron de la Renaissance, bâti au XVIe siècle sur une île de l’Indre par Gilles Berthelot, riche financier qui souhaitait concilier innovations venues d’Italie et art de bâtir à la française, séduit non seulement par sa grâce et la pureté de son style Renaissance, mais aussi par ses dimensions humaines. A l’intérieur, le décor et le mobilier sont d’une grande richesse, notamment la chambre Renaissance dont le lit et ses parures de velours de soie chatoyant et de tissus brodés viennent d’être restaurés après 510 heures de travail. Mais c’est depuis son parc à l’anglaise que l’on apprécie au mieux la magie des façades de pierres ciselées se reflétant dans l’eau de ce “diamant à facettes, serti dans l’Indre” comme le décrivait si bien Balzac.

Villandry, dernier des grands châteaux ligériens de la Renaissance

Enfin, consacrez le reste de votre temps à Villandry situé sur les bords du Cher, à quelques tours de roues de sa confluence avec la Loire. Élégant, entouré de douves constamment en eaux, c’est le dernier des grands châteaux ligériens de la Renaissance. S’il est un château qui doit sa renommée à ses jardins, c’est bien lui. Au pied de l’illustre demeure en tuffeau blanc, ils composent une superbe mosaïque : jardins d’amour, de plaisir, jardins d’herbes, potager, vergers. Ils ont retrouvé leur lustre d’antan et font du château de Villandry un témoignage unique de l’architecture et des jardins de la Renaissance. Une belle manière de clore cet itinéraire.

Les infos pratiques de ClubCampings dans les Châteaux de la Loire

 ‐ Agence de développement touristique Loir-et-Cher : Cœur Val de Loire – 5, rue de la Voûte du Château 41000 Blois. Tél. 0254570041. www.coeur-val-de-loire.com.

‐ Agence départementale du tourisme de Touraine : place de la préfecture 37000 Tours. Tél. 0247703737. www.touraineloirevalley.com.

‐ Office de tourisme de Blois : 23, place du château 41000 Blois. Tél. 0254904141. www.bloischambord.com

‐ Maison du tourisme de Bracieux : tél. 0254464222.

‐ Office de tourisme du Val d'Amboise : quai du Général de Gaulle 37400 Amboise. Tél. 0247570928. www.amboise-valdeloire.com.

‐ Office de tourisme du Lochois : place de la Marne 37600 Loches. Tél. 0247918282. www.loches-tourainecotesud.com.

‐ Office de tourisme du Pays de Chinon : 1, rue Rabelais 37500 Chinon. Tél. 0247931785. www.chinon-valdeloire.com.

‐ Office de tourisme du Pays d'Azay-le-Rideau : 4, rue du Château 37190 Azay-le-Rideau. Tél. 0247454440. www.azaylerideau-tourisme.com.

Notre sélection de campings

Affichage :
25 camping(s) trouvé(s)
  •  Castel Camping Parc de Fierbois - Sainte-Catherine-de-Fierbois
    + d'infos

    Sainte-Catherine-de-Fierbois Membre de la chaîne Castels, ce camping est situé dans un parc d’une centaine d’hectares comprenant un lac et des espaces boisés, au cœur de la région des Châteaux de la Loire. La nature environnante est verdoyante et préservée pour des moments de calme et de ...

    Note des consommateurs 307 avis
    8.05 /10
    Note de l'expert
     
  •  Huttopia Rillé - Rillé
    + d'infos

    Rillé Dans un sous-bois en Touraine, ce camping héberge des roulottes, des cabanes et des tentes canadiennes. Comme tous les sites de la chaîne Huttopia, Rillé propose des activités nature : atelier herbier, sorties en forêt… Son lac est prévu pour la baignade et le...

    Note de l'expert
     
  •  Camping Les Acacias - La Ville-aux-Dames
    + d'infos

    La Ville-aux-Dames Le Camping Les Acacias se trouve en Indre-et-Loire en France. Vivez un séjour les pieds dans l'eau avec cet établissement en bord de rivière. Gardez le contact avec vos proches grâce au Wifi (gratuit). Au moins 90% du camping est couvert par le Wifi.

    Note des consommateurs 120 avis
    8.59 /10
    Note de l'expert
     
  •  Camping La Mignardière - Ballan-Miré
    + d'infos

    Ballan-Miré Le camping est situé en bordure de Ballan-Miré, à côté d'un parc de loisirs. Les emplacements sont soit dans le bois, soit sur un terrain ouvert. La végétation est variée. Un certain nombre d’emplacements sont séparés par des haies.
    L'une des piscines en p...

    Note des consommateurs 369 avis
    8.69 /10
    Note de l'expert
     
  •  Camping Les Coteaux du Lac - Chemillé-sur-Indrois
    + d'infos

    Chemillé-sur-Indrois Dans un environnement calme et verdoyant, au bord du lac de Chemillé, ce camping convivial de 2.5 hectares vous accueille en Touraine, à proximité des Châteaux de la Loire, Montrésor (un des plus beaux villages de France), Loches et sa cité médiévale ou encore...

    Note des consommateurs 127 avis
    8.4 /10
    Note de l'expert