Cités et châteaux de la Charente méridionale

Collines verdoyantes, cités attachantes et châteaux perchés, le Sud charentais prend des airs du Périgord, tout proche. Le caractère charentais, d’une égale douceur, se fait plus sentir en remontant vers Angoulême, l’agréable préfecture. (Par Olivier Voituriez)

Chalais, berceau de la famille Talleyrand

Nous débutons cet itinéraire charentais par ses confins méridionaux. Entouré de vallons boisés, Chalais est un aimable village dominé par toute la masse de son imposant château, berceau de la famille Talleyrand. Si les vénérables murs ont à l’époque vu grandir le futur ministre de Napoléon Ier, c’est grâce à la magnifique restauration entreprise par l’humoriste Yves Lecoq, passionné de châteaux, que le Château de Chalais est ouvert à la visite.

Aubeterre-sur-Dronne, plus beau village de France

Prenez ensuite la D2 qui vous mènera Aubeterre-sur-Dronne à seulement douze kilomètres. Cette ravissante cité bâtie en amphithéâtre à flanc de la roche calcaire offre un cadre idéal à la promenade, au travers des rues pavées bordées de belles demeures en pierre blanche coiffées de tuiles rouges. Avec ses cafés, la place Trarieux est une invitation à siroter un verre en terrasse, à l’abri des tilleuls. On dirait le Sud ! Plus déroutant, une visite à l’incroyable église souterraine qui vous plongera dans l’univers religieux médiéval. Construite par le chevalier de Châtillon au retour de croisade pour accueillir les reliques du Christ, l’église monolithe d'Aubeterre-sur-Dronne est un édifice quasi unique creusé dans la roche. Les fidèles y déambulaient en psalmodiant autour d’un immense reliquaire monolithe.

Villebois-Lavalette, sous influence charentaise

Une fois remis de vos émotions, reprenez la D10, jolie route qui file à travers les collines verdoyantes, pour rejoindre Villebois-Lavalette. Plantée depuis des siècles sur son mamelon, la cité se dresse au loin dans le panorama, fière de la majesté de ses remparts, ses tours pointues, son clocher et son château. Martiale d’extérieur, elle se révèle une agréable bourgade, avec sa place des Halles du XVIIe siècle et ses restaurants. L’architecture reprend ici son influence charentaise, comme on pourra le constater en prenant l’artère qui grimpe vers l’église Saint-Romain et la forteresse. Installé sur ce promontoire stratégique depuis l’an mil, le Château de Villebois-Lavalette flanqué de sept tours bien conservées, d’un corps de logis et d’un château du XVIIe siècle, se visite. Mais vous pouvez aussi vous contenter de faire le tour à pied, par le chemin qui longe la muraille, pour apprécier les fabuleux points de vue sur la région.

La fabuleuse histoire du Château de la Mercerie

À seulement trois kilomètres, ne manquez surtout pas le Château de la Mercerie à Magnac-Lavalette. Depuis la route, vous serez stupéfait de découvrir une éblouissante façade de style classique longue de 220 mètres de long ! Surnommée le petit Versailles charentais, cette demeure fut construite à partir de 1924 par les frères Réthoré. Deux personnalités locales qui consacrèrent leur vie et leur fortune pour faire de cet ambitieux bâtiment le fastueux écrin de leur collection d’art. Un projet démesuré qui n’aboutit pas totalement. Après le décès des deux frères, le château tomba dans l’oubli et risqua le pire. Avant qu’une association de bénévoles, dont beaucoup d’habitants de la commune, ne décide de relever un colossal défi : restaurer, faire revivre et visiter cette formidable folie du XXe siècle. Une fabuleuse histoire qui se poursuit grâce à cette mobilisation.

Angoulême, préfecture de la Charente et ville natale de François Ier

À une vingtaine de kilomètres, voici Angoulême. La ville haute, située sur un plateau cerné de remparts, domine la ville basse, industrielle et commerçante, bordée par la Charente qui coule en lacis. Sur son promontoire, la vieille ville blanche plaît par son ambiance calme et pondérée, ses rues commerçantes bordées de beaux immeubles de style classique et ses places ombragées. Le Festival de la Bande Dessinée, qui se tient chaque année en hiver, est un événement très important qui façonne la vie de la cité. À partir des Halles, faites la promenade des remparts dans le sens contraire des aiguilles d’une montre. Des tours rondes en bastions formant balcon, vous profiterez de perspectives plongeantes sur les faubourgs et la vallée. Vos pas vous mèneront à la Cathédrale Saint-Pierre, dotée d’une admirable façade. Ce monument de style roman poitevin a été totalement restauré à la fin du XIXe siècle par l’architecte Paul Abadie. Cet homme influent fut aussi chargé de la reconstruction de l’hôtel de ville, dans un style gothico-Renaissance, à la place d’une forteresse médiévale dont il ne subsiste que la tour polygone et une tour ronde. Face à ce bâtiment éclectique, saluez la statue de Marguerite d’Angoulême, sœur du roi chevalier et protectrice des arts.

La Rochefoucauld, village de caractère

Cet itinéraire au pays des vieilles cités et des châteaux serait incomplet sans une étape à La Rochefoucauld, à vingt-quatre kilomètres au nord d’Angoulême via la N141. Ce village de caractère, traversé par les eaux de la Tardoire, est le berceau d’une des plus grandes familles aristocratiques françaises. L’extraordinaire Château de La Rochefoucauld qui domine le site témoigne de la puissance passée de la famille ducale. Appartenant toujours à l’illustre lignée et ouvert à la visite, il associe une superbe façade extérieure médiévale, encadrée de tours et de donjon, à une élégante cour d’honneur à la façade Renaissance qui rappelle les Châteaux de la Loire.

Notre sélection de campings

Affichage :
21 camping(s) trouvé(s)